Explorateur d'inspirations

Bâtir « l’après » en pleine coopération

Depuis ce lundi 16 Mars, nous sommes tous confinés et cela me rappelle, d’une certaine manière, un évènement fort de ma vie passée, sur une ile de 3 hectares, perdue au milieu de l’océan indien.

Ayant vécu l’expérience du Tsunami de 2004 aux Maldives en tant que dirigeant d’hôtels, je sais combien il est naturel de retenir, en premier lieu, l’aspect tragique d’un tel bouleversement. Mais il est également possible de faire le choix de rebondir sur une épreuve pour réfléchir à ce qu’elle nous apprend ; et essayer d’agir ensuite, en conséquence des leçons que l’on aura su en retirer.

Pour moi, le Tsunami, malgré son caractère tragique (87 disparitions aux Maldives, les deux tiers de la population ont perdu leur habitation) a aussi été une expérience humaine exceptionnelle. La solidarité, le partage, le respect, les qualités que j’ai pu voir émerger de chacun m’ont donné une force, apporté une source d’énergies positives qui m’ont permis d’avancer à un point tel qu’elles ont changé ma vie.

Cette expérience humaine partagée entre les clients présents, le personnel, mes collaborateurs a créé entre nous une connexion forte et nous a appris à nous soumettre à la force de la nature ; à appréhender notre environnement naturel immédiat avec un respect nouveau.

Nous avons pris encore plus conscience, ensemble, de la fragilité du lien qui nous unissait à la nature environnante ; nous avons appris, qu’elle avait elle aussi ses propres règles et ses propres lois. Le caractère tragique de cet évènement nous a montré que nous devions les accepter, les respecter et cesser de toujours vouloir les dominer. Parfois Dame nature est plus forte. Elle sait se faire entendre et nous rappeler à l’ordre.



Depuis ce vendredi 13 Mars, je retrouve dans cette crise sanitaire, la violence de la nature à laquelle j’ai été confronté pendant le Tsunami. Là encore, la nature nous donne une leçon en nous montrant que nous ne pouvons pas tout contrôler. Elle nous montre qu’à n’importe quel moment, elle peut par un petit virus faire basculer l’équilibre mondial de toute une société.

Aujourd’hui, les avions restent au sol, les trains dans les gares, les voitures dans les parkings, les usines cessent de fonctionner et soudain, la planète reprend son souffle. La nature respire de nouveau.



Que veut-elle nous dire aujourd’hui sinon nous révéler les excès de notre système globalisé, d’une consommation surabondante et futile, d’une urbanisation stressante et dénaturante ? La nature nous donne une leçon.

Sachons nous poser, écouter ce qu’elle nous révèle et demain, soyons capables de bâtir ensemble un monde plus serein et respectueux de l’environnement mais aussi de notre nature propre.  Acceptons de regarder enfin les excès de notre mode de vie et de notre économie marchande pour construire un monde moins agressif et plus respectueux de nous-mêmes et de l’environnement. Nous aurons tous à y gagner ; nous préserverons la biodiversité, nos terres agricoles, la qualité de l’air et nous gagnerons en santé et en qualité de vie.

Notre logique purement économique est dévastatrice. Nous savions que nous étions arrivés au bout de notre modèle de société. La crise de 2008 nous a montré les limites de notre modèle financier et nous n’avions rien changé. Désormais, continuer comme avant serait suicidaire. 



Changer n’est pas facile et cela remet en cause tellement de fondamentaux. Quel avenir ? Comment allons-nous redémarrer ?

Nous devons participer ensemble à ce changement nécessaire, inspirer notre entourage à nous rejoindre dans l’action et agir en coopération. C’est possible car cela existe déjà ! Il suffit d’observer notre entourage pour réaliser que des actions sont déjà en mouvement.

Je rencontre de plus en plus de femmes et d’hommes qui ont sincèrement décidé chacun à leur manière de changer le monde et animer par le souhait de le faire évoluer en respect avec la planète, la biodiversité et l’Homme. J’ai beaucoup de respect pour chacun d’entre eux et pour le courage de leurs engagements. Ils sont une source d’inspiration pour moi et pour toutes les personnes qu’ils touchent au quotidien par leurs différentes actions. Ils ne sont pas encore assez nombreux certes, mais nos enfants nous poussent, nous bousculent, nous inspirent à agir.



Je voudrais en citer quelques-uns :

  • « ImmaTerra » que j’ai rejoint à sa création, est une coopérative qui accompagne les dirigeants d’entreprises ayant réalisé que leur modèle économique a atteint ses limites et ne répond plus aux enjeux d’aujourd’hui. Nous aidons ainsi les dirigeants à engager une réflexion pour leur permette de gagner en efficience économique et assurer ainsi leurs parts de marché ;
  • « Les Leaders Eclairés » qui rassemble et accompagne les leaders qui souhaitent ouvrir leur conscience et faire en sorte que leur entreprise ait un impact positif sur la société ;
  • L’association « Vision 2021 » qui contribue au développement de l’intelligence collective en la diffusant, en expérimentant et en l’activant dans les organisations ;
  • « EarthShip Sisters », accélérateur de leadership environnemental au féminin qui …
  • « ETC. » une association de Cotignac qui travaille sur un projet de Tiers Lieux dans le monde rural

Soyons ambitieux pour les bonnes raisons, fédérons-nous et participons autour de beaux projets qui font SENS pour la planète, la biodiversité, nous, nos enfants et les générations à venir. Profitons de cette crise sanitaire pour retrouver un équilibre qui nous inspire, redessinons ses principes, redonnons du sens à cet idéal, ensemble.



« Désormais, la plus haute, la plus belle performance que devra réaliser l’humanité sera de répondre à ses besoins vitaux avec les moyens les plus simples et les plus sains… »

Pierre Rabhi

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.